Côtes du Rhône

Château Mourgues du Grés

Une route sinueuse, longeant la Costière entre vignes et vergers, vous mène au CHATEAU MOURGUES DU GRES. Ce domaine agricole appartenait au Couvent des Ursulines de Beaucaire avant la Révolution, d’où son éponyme  » Mourgues  » (religieuses en Provençal), le  » Grès  » signifiant  » galets « . Dans la cour, le cadran solaire arbore la devise  » SINE SOLE NIHIL  » (rien sans soleil). Cet ensoleillement nous offre des maturités optimales pour un vin naturellement riche et équilibré. Ingénieur Agronome et Œnologue, j’ai fait mes premières armes au Château Lafite-Rothschild dans le Médoc. Je regagne l’exploitation familiale en 1990, conscient du potentiel du terroir. Un travail précis dans le vignoble associé à un goût de l’innovation se concrétisent par la première mise en bouteille sur le millésime 1993. Le style des vins de Mourgues du Grès est lancé. Puis la palette des vins s’étoffe rapidement avec un rosé de gastronomie, devançant une mode bien établie aujourd’hui. 1999 est le premier millésime en blanc. Mon épouse Anne quitte l’Urbanisme en 1995 pour me seconder dans cette aventure ; la commercialisation des vins était à créer ! 
Cette gratitude me stimule et me pousse chaque année à relever le défi des vins de terroir, de sincérité et de plaisirs !                  François Collard, Vigneron

Domaine Jean Luc Colombo

Jean-Luc Colombo est un homme de passions. De sa mère, cuisinière marseillaise, il tient un goût précoce pour les plaisirs de la table qui le conduit naturellement à entreprendre des études d’œnologie. Avec Anne, son épouse, il crée le “Centre Œnologique des Côte du Rhône” à Cornas et depuis plus de 25 ans, Jean-Luc met son expérience au service des domaines qu’il conseille en qualité d’œnologue consultant, dans la Vallée du Rhône, en Provence, et dans le Bordelais. Profondément attaché aux valeurs de convivialité et de partage, amoureux de la nature, Jean-Luc Colombo passe volontiers en cuisine pour régaler ses amis! Il défend avec fougue l’identité et la richesse du patrimoine gastronomique français. On ne peut déguster un bon plat sans l’accord d’un bon vin, et selon le Roi Henri IV : « Bonne cuisine et bon vin, c’est le paradis sur Terre » !

Domaine Lafond – Roc Epine

Le Lirac du Domaine Lafond.  Les premières cultures se firent sous la domination romaine. Au XVIIème et XVIIIème siècle, les vignes de Lirac font reconnaître leur valeur par le pouvoir royal. C’est en Octobre 1947 que l’I.N.A.O. consacrait officiellement l’existence des vins de Lirac : rosé en accord avec la tradition locale, rouge et blanc en prévision de l’évolution à venir du goût des consommateurs…
Le vigneron choisit donc son encépagement en fonction des possibilités du terroir. L’extrême diversité des terroirs permet d’optimiser les potentiels qualitatifs de chaque cépage et c’est certainement l’un des facteurs de la complexité des vins du Domaine. Pour le vigneron, le choix de typicité de la puissance, de la concentration et des arômes du vin qu’il veut obtenir, commence dès cet instant.

La bastide Saint Vincent

LA BASTIDE SAINT VINCENT est une propriété familiale depuis la fin du 18ème siècle, avec un vignoble de 22 hectares très morcelé qui permet de proposer du Gigondas, du Vacqueyras, du Côtes du Rhône Villages Plan de Dieu, du Côtes du Rhône et du Vin de Pays. Nos 8 parcelles de vigne en A.O.C. Vacqueyras représentent environ 7 ha : 6 parcelles sont situées dans différentes parties du plateau des garrigues – terrasse caillouteuse de la période glaciaire du Riss – tandis que 2 parcelles sont de part et d’autre du village de Vacqueyras. L’âge moyen des ceps est supérieur à 40 ans : les rendements sont donc faibles, ce qui est favorable à la qualité des vins. Le grenache domine largement, complété par le mourvèdre et la syrah. Les vendanges manuelles nous permettent un tri rigoureux des grappes. Les raisins sont éraflés, légèrement foulés, puis vinifiés traditionnellement en cuves de béton émaillé, avec une cuvaison de 2 semaines environ. Elevée à 100 % en cuve, PAVANE constitue notre unique cuvée de Vacqueyras.

Château Mont Redon

Animés par la même passion pour leur métier, toujours en quête de terroirs qualitatifs pour les cépages les mieux adaptés, les descendants d’Henri Plantin continuent ce travail d’investigation et agrandissent le domaine. Depuis quatre générations, au coeur de son vignoble à travers les siècles, notre famille enrichit quotidiennement son savoir-faire dans le respect de ses exigences de qualité. Aujourd’hui, le Château Mont-Redon couvre 186 hectares à Châteauneuf-du-Pape, dont 100 hectares plantés en vignes. En 1980, l’exploitation s’élargit avec l’achat d’un domaine en Côtes-du-Rhône puis, en 1997, d’un autre en Lirac.

Famille Perrin

Beaucastel ! Respecter le terroir signifie à la fois valoriser le sol, l’environnement, mais aussi l’histoire du lieu. Rechercher l’authenticité, la singularité, pour la transmettre et la faire vivre, tout en révélant tous les trésors du Château de Beaucastel.

 

 

 

rhone carte

 

 

Le vignoble de la vallée du Rhône est un vignoble français s’étendant de part et d’autre du Rhône, de Vienne au nord jusqu’à Avignon au sud, sur un total de 1317 communes. C’est le deuxième vignoble en France, quant au volume de production de vins d’appellation d’origine contrôlée, après le Bordelais. Il s’étend sur six départements : Rhône, Loire, Ardèche et Gard, sur la rive droite du Rhône, Drôme et Vaucluse, sur la rive gauche. Ces départements font partie des régions Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Du nord au sud, ce vignoble se divise en deux ensembles d’appellations :

d’une part la vallée du Rhône septentrionale, de Vienne jusqu’à Valence (appellations côte-rôtie, condrieu, saint-joseph, crozes-hermitage, etc.) ;

d’autre part la vallée du Rhône méridionale, de Montélimar à Avignon (appellations grignan-les-adhémar, châteauneuf-du-pape, Gigondas, muscat de Beaumes-de-Venise, vacqueyras, etc.)

S’y rajoutent les vallées des affluents du Rhône, d’abord celle de la Drôme qui forme le Diois (appellations clairette de Die, crémant de Die, coteaux-de-die et châtillon-en-diois), ensuite celle du Calavon (appellation ventoux), la rive droite de la Basse-Durance (appellation luberon) et enfin une partie du Gard (appellations costières-de-nîmes et clairette de Bellegarde)

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *