Belgique


La viticulture en Belgique est l’ensemble des activités menant à l’élaboration et la production de vins en Belgique. Après avoir pratiquement disparu au xviiie siècle lors du petit âge glaciaire, la viticulture belge connaît une renaissance depuis la seconde moitié du xxe siècle.

La volonté de recréer le vignoble belge est due à différents facteurs.

Tout d’abord, il y a un facteur historique qui vise à remettre à jour un ancien goût de terroir afin de retrouver ses racines. C’est surtout le cas des vignobles replantés à l’identique sur des anciens sites abbatiaux tels que Villers-la-Ville ou l’Abbaye de Saint-Denis-en-Broqueroie (près de Soignies).

Ensuite et souvent, c’est un facteur amical. Des amateurs de vin, souvent chapeautés par une ASBL, s’investissent énormément dans la création et l’entretien d’un vignoble. Les membres achètent du matériel et organisent des activités toujours dans une ambiance de camaraderie.

Appellation d’origine contrôlée (AOC)

L’appellation d’origine contrôlée confère à une production viticole une notoriété et une plus grande crédibilité auprès des consommateurs. Ce principe valorisant à tout point de vue est la base de la politique et de la réglementation viticole de l’Union Européenne.

En Belgique, il y a trois appellations d’origine contrôlées en Flandre : Hagelandsewijn depuis 1997, Haspengouwsewijn, couvrant une partie du Limbourg dans les environs de Riemst, et Heuvellandsewijn qui ont été reconnus respectivement en 1999 et en 2000. Les autres vins produits porte la dénomination Vlaamse landwijn.

La notion de terroir qui englobe non seulement le sol mais le microclimat et les facteurs sociaux tels que les méthodes de culture, la vinification, etc. justifiait, tant sur le plan économique et commercial que touristique, de doter la production wallonne d’A.O.C.

En Wallonie, l’AOC Côtes de Sambre et Meuse a été protégée par une décret signé le par le ministre José Happart. Le même jour a été pris un autre arrêté sur la dénomination géographiqueVin de pays des jardins de Wallonie. La troisième appellation, depuis 2005, est réservée au Crémant de Wallonie