Argentine


arg1

 

La viticulture en Argentine est originaire d’Espagne. En 1557, pendant la colonisation des Amériques, un certain Juan Cedrón (ou Cidrón) apporta les premiers ceps de vigne à Santiago del Estero, et la culture du raisin ainsi que la production de vin commença dans les environs, puis s’étendit progressivement à d’autres régions du pays.

Comme dans beaucoup de pays d’Amérique, elle fut d’abord tentée par des cépages locaux (Vitis labrusca, Vitis rupestris…) qui ne sont pas de la même souche que les cépages européens (Vitis vinifera). Ces cépages locaux donnent au vin un goût foxé (très rude et acide), qui n’est généralement pas très apprécié. Mais, rapidement, les moines franciscains firent venir d’Europe les meilleurs cépages.

Déjà vers le milieu du xixe siècle, le vignoble était important et il n’a cessé de se développer, même si, de nos jours, les surfaces exploitées sont inférieures à celles des années 1970. Cette diminution est largement compensée par l’augmentation des rendements.